« Le cheval rend à l’homme une partie de nature perdue. Les contacts avec le cheval permettent de prendre conscience de ce qu’est la nature et de ce qui est naturel »
Brevet de cavalier – Principes éthiques

Ergothérapie avec le cheval

Lorsque cela est possible, indiqué et que l’enfant le souhaite, il lui est proposé que l’ergothérapie dont il a besoin se fasse avec le cheval, les activités autour et sur le cheval offrant bien suffisamment de possibilités pour couvrir les besoins de la thérapie.
Lorsque cela est nécessaire, il est demandé l’assistance de la famille ou d’autres patients.

Les frères et sœurs sollicités peuvent aussi, bien sûr, participer et «monter sur le cheval»

Pourquoi cela est-il efficace : d’abord parce que ce n’est pas « scolaire » : très souvent les patients en difficultés que je reçois ont déjà développé une appréhension de la page blanche et du crayon et, si les enseignants, qui sont d’excellents professionnels, n’y arrivent pas, c’est qu’il faut faire autre chose, différemment : le pansage du cheval, par ex. sans que l’enfant ne s’en aperçoive, reprend tous les exercices et gestes de pré-écriture… Durant la thérapie, l’alternance cerveau gauche / cerveau droit est sollicitée en permanence, le cheval ayant 2 côtés nécessitant l’utilisation en alternance les 2 mains : ce bombardement de sollicitation en alternance dans les 2 hémisphères cérébraux permet la réorganisation du cerveau, ce d’autant que réalisé dans une atmosphère ludique, détendue, respectueuse, favorisant la sécrétion d’endorphines et d’adrénaline.

La mobilisation du système vestibulaire ( cheval en mouvement ), puissant intégrateur sensoriel renforce la possibilité du cerveau d’enregistrer les nouvelles données et de les réorganiser.
L’attention est fortement sollicitée et maintenue pour garder son équilibre sur un support mobile, pour retenir les informations données dans différents modes sensoriels ; la sécurité nécessite de respecter des consignes, de se percevoir soi, le cheval et l’environnement, sollicitant naturellement beaucoup de concentration.

La réussite, qui finit toujours par arriver, participe au renforcement de l’estime de soi, ce d’autant que généralement personne d’autre que l’enfant ne sait faire tout çà dans son entourage.

L’évaluation et l’apprentissage se font en individuel, puis ensuite, parfois, le fait que d’autres enfants participent et soient eux-mêmes parfois aussi en difficulté ou en réussite, le fait de devoir assurer la sécurité de celui/celle qui va assurer la sienne, le fait que tour à tour les enfants montrent les exercices aux nouveaux, renforce la solidarité et la notion d’appartenance à un groupe, le centrage non pas sur soi mais sur le bien-être du cheval avant tout et la sécurité de chacun permet une souplesse dans les différents rôles que l’on joue et de sortir de schémas dans lesquels l’enfant s’est déjà parfois englué.

Le fait que l’enfant en thérapie montre ou offre à son frère ou sa sœur un moment de bonheur change sa position aussi, le met dans une position dont il n’a pas l’habitude et cela même permet une réorganisation, puisque cela le bouscule un peu, favorablement, enfin, il est bien connu que celui qui enseigne, apprend et que par conséquent, le fait même de transmettre quelque chose qu’il a appris, permet d’asseoir l’apprentissage chez le patient.

Couleur d’Anis, c’est une façon de penser la thérapie qu’elle soit efficace, c’est la moindre des choses, mais qu’on s’y ressource aussi sur tous les plans et que la personne concernée apporte quelque chose de positif à son entourage qui la soutient, souvent lourdement, apporte quelque chose de positif à l’animal qui lui procure autant de plaisir… Un rapport gagnant-gagnant sur tous les plans : pour l’enfant pour qui la thérapie n’est que du Bonheur, conditions idéales pour l’intégration, pour l’animal qui reçoit une tonne d’attention, de soins, d’Amour et peut lui aussi en donner, pour la famille qui peut participer et recevoir ce cadeau de la part du membre de sa famille en difficulté, pour la thérapeute aussi, qui peut ainsi faire un travail qui a du sens pour elle…

Le concours de Madame Pascaline Lefin, photographe, peut être sollicité afin de garder des souvenirs de ces moments de réussites, d’exploits et de tendresse.

Calvados avec trois patients

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *